Chapeau porté par Napoléon lors de la Campagne de Russie (1804-1815) Poupard, feutre de castor noir. Paris, musée de l'Armée (C) Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Chavan

Chapeau et redingote : symboles incontournables de la silhouette de l’Empereur

vendredi 19 février 2021
Aujourd’hui reconnaissables par tous, le chapeau et la redingote portés par Napoléon sont des marqueurs incontournables de sa silhouette. Erigés en symboles par Jacques-Louis David et ses cinq versions de Bonaparte franchissant le Grand Saint-Bernard ou par Paul Delaroche et son Napoléon à Fontainebleau, le « petit chapeau » et la redingote grise d’infanterie sont également évocateurs du rapport que Napoléon entretient avec ses soldats ainsi que de l’allure qu’il souhaite adopter en tant qu’Empereur.

Dans ses Mémoires, Fain, premier secrétaire du cabinet de l’Empereur, témoigne : « Son chapeau était toujours le même : petit […], remarquablement simple et d’une forme brisée qui ressemblait à celle d’un chapeau fatigué ; c’était la seule partie de son habillement qui se distinguât par une légère pointe d’originalité. »

Depuis au moins 1802 Napoléon porte un chapeau de feutre en castor noir, sans bordure ni galon, orné d’une ganse de soie noire sur laquelle est cousue une cocarde tricolore. Comme il devait toujours en avoir douze à sa disposition en permanence, Poupard, chapelier à Paris, lui en livrait quatre par an ; seulement une vingtaine a survécu, six d’entre eux étant conservés au musée de l’Armée dont celui-ci qu’il porta à la bataille d’Eylau.

Au cours de ses campagnes militaires, Napoléon porte également des redingotes qui lui servent de manteaux. Il choisit une simple redingote d’infanterie, sans décorations ni broderies. En portant cet habit austère et discret, Napoléon entend montrer qu’il est proche de ses soldats. Peu de modèles ont été conservés à ce jour, ce qui en fait l’un des habits les plus rares et les plus précieux ayant appartenu à l’Empereur.